K I O S Q U E N E T
« Ce monde n’est je vous l’assure qu’une immense entreprise à se foutre du monde. » Céline



« Il faut beaucoup d’indisciplinés pour faire un peuple libre. » Bernanos



Textes & ArticlesVidéosLe Karnet de Rakl Les ClairvoyantsLes Plaisants



Lewis Mumford

Les fous gouvernent nos affaires

- Paru le 2 mars 1946 dans The Saturday Review of Litterature -


« Mais je ne veux pas aller chez les fous, dit Alice. Oh, mais tu ne peux rien y faire, répondit le Chat : nous sommes tous fous ici,  tu es folle, je suis fou. Comment savez-vous que je suis folle ? Dit Alice. Tu dois l’être, répondit le Chat, sinon, tu ne serais pas venue ici. » Lewis Carroll


Les fous gouvernent nos affaires au nom de l’ordre et de la sécurité. Les fous « en chef » se réclament du titre de général, d’amiral, de sénateur, de savant, d’administrateur, de secrétaire d’État ou même de président. Et le symptôme fatal de leur folie est celui-ci : ils ont mené à bien une série d’actes qui, éventuellement, entraîneront la destruction de l’humanité, avec la solennelle conviction qu’ils sont des êtres normaux et responsables, vivant sainement et poursuivant des buts raisonnables et justifiés.

Jour après jour, sans le moindre écart, les fous suivent leur route et leurs habitudes d’inexorable folie : route et habitudes tellement stéréotypées, tellement communes, qu’elles semblent être les voies normales d’hommes normaux, et non pas les chemins perdus d’hommes penchés sur la mort totale. Sans mandat public d’aucune sorte, les fous ont pris sur eux de nous mener graduellement à ce dernier acte de folie qui corrompra le visage de la terre, balayera les nations des hommes, et, peut-être, mettra fin à toute existence sur la planète elle-même.

Ces fous tiennent une comète par la queue, et ils croient faire preuve d’équilibre mental en la traitant comme si c’était un pétard d’enfant. Ils font joujou. Ils l’expérimentent ; ils rêvent de comètes plus brillantes et plus rapides. Leurs professeurs ne leur ont transmis aucune règle pour contrôler la comète. Alors ils prennent des précautions d’enfants faisant sauter des pétards. Sans demander la permission à personne, ils ont décidé d’organiser un autre jeu avec cette force cosmique, juste pour voir ce qui arrivera en mer dans une guerre « qui ne doit jamais venir ».

Pourquoi laissons-nous les fous jouer sans élever nos voix.? Pourquoi demeurer calmes jusqu’à l’inertie en face d’un tel danger.? Il y a une raison.: nous sommes aussi fous qu’ils le sont. Nous considérons la folie de nos dirigeants comme l’expression de la sagesse traditionnelle et du bon sens. Nous les regardons placidement, comme un agent de police drogué qui verrait d’un coup d’œil fatigué et tolérant le vol d’une banque, le meurtre d’un enfant ou le placement d’une machine infernale dans une gare. Notre création donne la mesure de notre folie. Nous regardons les Fous et continuons notre petit bonhomme de chemin.

En vérité, ce sont des machines infernales que les fous, par nous élus et nommés, sont en train de placer. Quand les machines exploseront, les villes sauteront, l’une après l’autre, comme un cordon de pétards, anéantissant et brûlant les derniers vestiges de la vie. Nous savons que les fous construisent encore de telles machines, et nous ne leur demandons même pas pour quelles raisons ; bien plus, nous ne les arrêtons même pas. Aussi bien sommes-nous aussi fous qu’eux : fous vivant parmi les fous ; même pas émus par l’horreur qui s’approche rapidement de nous. Nous ne pensons qu’à l’heure de venir, au jour suivant, à la semaine prochaine, et c’est une preuve de plus de notre folie. Car si nous continuons ainsi, demain sera plus lourd de mort qu’un cimetière. La suite


Le retour de la lutte des classes, et du fascisme

« Il serait juste que les grands de la terre et que tous les nobles fussent pendus et étranglés avec les boyaux de prêtres. Cette expression ne doit pas manquer de paraître assez rude et grossière, mais il faut avouer qu’elle est franche et naïve. Elle est courte, mais elle exprime assez, en peu de mots, tout ce que ces sortes de gens-là méritent. » Mr le curé Jean Meslier



A Contretemps
Acrimed
Affordance.info

Alencontre

Altermonde

Alternatives économiques

Ballast

Basta

Centre d’observation de la société
Chronique du Grand jeu

Contretemps

CQFD

Econopoli

État d’exception

Et vous n’avez encore rien vu
Entelekheia
Entrefilet
Fakir
Infokiosques
Jef Klak
L’arène nue

La Quadrature du net

Le Monde diplomatique

La pompe à phynance

Le Comptoir
Le feu à la plaine
Le Grand Soir
Le Partage
Le Saker Francophone
Le SauteRhin
Le vilain petit canard
Les contrées magnifiques
Les Économistes Atterrés

Librairie Tropiques
Lundimatin
Middle East Eye
Non-fides
Observatoir des inégalités
OrientXXI
Paris-Luttes.info
Pièces et Main d’ Œuvre
Politicoboy
Proche & Moyen-Orient
Quartiers Libres
Reporterre
Rezo.net
Révolution Permanente
Sciences Critiques
Taranis
Thinkerview
Tlaxcala
UJFP
Vacarme

World Socialist Web Site

kiosquenet@free.fr - 2010-2017